!css
Des services sur mesure

Développer des financements innovants à destination des filières agricoles et du secteur de l’énergie

Ancrée dans les territoires dans lesquels elle opère, Société Générale a la conviction que le développement des filières agricoles et l’accès à l’électricité sont deux enjeux majeurs du continent africain. Poussée par les besoins des acteurs locaux, la Banque souhaite mettre au service de l’avancée de ces facteurs clés de développement son expertise et sa capacité à mobiliser des partenaires. L’accompagnement des filières agricoles et l’inclusion énergétique requièrent de multiples compétences que Société Générale souhaite fédérer autour de projets concrets, aux impacts mesurables.

Société Générale s’engage à renforcer son accompagnement des filières agricoles

Le secteur agricole contribue à une part prépondérante de la richesse produite sur le continent et constitue la première source d’emplois. De longue date, Société Générale est le partenaire bancaire de nombreux acteurs du secteur, locaux et internationaux, attentifs au développement durable de l’Afrique. Le Groupe veut poursuivre cet engagement en s’adressant à toutes les parties prenantes du secteur, y compris les agriculteurs, les coopératives ou les PME de l’agribusiness.

A ce titre, Société Générale s’engage à donner accès à une palette de services bancaires et non bancaires à un million d’agriculteurs d’ici cinq ans, grâce à sa plateforme YUP. Dans chaque pays où Yup est implanté, ils bénéficieront d’au moins quatre offres bancaires – dépôt, retrait, différents paiements de facture - et d’une offre non bancaire adaptée à un environnement rural (santé, éducation, conseil…). Cet engagement requiert une mobilisation commune, en association avec des partenaires.

C’est dans ce cadre que le partenariat entre Société Générale et Mambo Commodities s’inscrit. Engagé sur toute la chaîne de valeur du coton en Afrique - mélangeurs d’engrais implantés en local, traitement industriel valorisant les déchets de l’égrainage, négoce de coton… - Mambo Commodities est un des acteurs majeurs de la filière au Burkina Faso. Plus de 5 500 planteurs, clients de Mambo Commodities, ont été équipés d’un wallet Yup. Ils peuvent désormais payer directement leurs intrants fournis par Mambo Commodities auprès d’agents Yup déployés à proximité et bénéficier de toute l’offre mise à disposition. L’adoption de la monnaie électronique pour le paiement des intrants et demain peut-être du coton diminue les échanges de cash, éliminant la logistique qui l’accompagnait et les questions de sécurité afférentes. A l’image de cette première opération, avec l’aide de partenaires, Société Générale poursuivra l’enrôlement des agriculteurs pour atteindre un objectif d’un million d’ici fin 2023.

Les filières agricoles regroupent de nombreux acteurs, agriculteurs, coopératives, PME ou encore exportateurs. Société Générale souhaite prolonger son engagement historique auprès de ces derniers et comprendre les besoins des coopératives agricoles et des PME du secteur. L'ancrage local du Groupe lui permet de se tourner vers ces acteurs qui participent au premier chef à la création de richesse dans leurs territoires. Société Générale s’engage à appuyer les acteurs désireux de contribuer à la valorisation locale des productions agricoles, y compris dans les filières vivrières. De nombreux projets sont en cours d’instruction, dans l’anacarde en Côte d’Ivoire, dans le coton au Burkina ou encore dans des filières d’élevage en Angola. Société Générale renforce ses équipes en ce sens pour développer les expertises nécessaires à l’appréhension de ces marchés. A titre d’illustration, la plate-forme de financements structurés d’Abidjan pourra s’appuyer sur un centre de compétence agro-business dès 2019. La technicité de ces marchés requiert de nouer des partenariats, de s’inscrire dans une logique de cluster de compétences.

Société Générale a cofinancé au Burkina Faso une étude coordonnée par la Fondation Avril ciblant les PME de transformation des produits agricoles locaux pour le marché intérieur et l’exportation. Société Générale et la Fondation Avril partagent la volonté d’améliorer la résilience de l’agriculture familiale par la structuration de filières ancrées dans les territoires. Cette démarche est créatrice d’emplois pérennes, garants de la sécurité alimentaire des populations. Ensemble, les deux organisations travaillent à la mise en place des recommandations de l’étude et notamment la structuration d’un fonds de garantie court terme à destination des PME et des coopératives agricoles.
Cette démarche, qui inclura d’autres partenaires, se veut réplicable sur d’autres marchés.

Société Générale s’engage à accompagner l’inclusion énergétique, y compris dans les zones rurales non raccordées

L’accès à l’électricité est en constante progression dans les zones urbaines des pays africains dans lesquels Société Générale opère. Les efforts des autorités locales et des compagnies nationales ont soutenu cette évolution ; restent de fortes disparités entre les zones urbaines et les zones rurales. Les solutions sont multiples, extensions des raccordements aux réseaux nationaux, constructions de mini-grids ou installation de systèmes solaires individuels. Société Générale sera partie prenante de ce mouvement et s'engage à favoriser l’accès au réseau électrique, à accompagner l’inclusion énergétique, en favorisant des sources renouvelables dans des zones non raccordées.

Le Programme pour le Développement des Infrastructures en Afrique évalue un besoin prioritaire de financement pour l’énergie de 360 milliards de dollars. L’objectif est le raccordement de 800 millions de personnes supplémentaires à horizon 2040. Historiquement, Société Générale soutient l’activité des acteurs de la production et du transport de l’électricité. La Banque souhaite pousser plus avant sa participation à cette grande entreprise et accompagner le raccordement de tous les foyers vivant à proximité de réseaux déjà établis.

Dans les zones ne pouvant pas bénéficier d’un raccordement au réseau national, il existe des solutions off-grid. Le marché africain des kits solaires individuels doublera d’ici 2020 à plus de 3 milliards de dollars, pour une cible de 124 millions de foyers1. A l'horizon 2040, 45% de la population subsaharienne devrait accéder à l’électricité via des mini-grids, soit 750 millions de personnes2. L’accès à l’électricité est un facteur clef pour le développement des zones ciblées. Il s’agit d’un enjeu majeur pour les zones rurales confrontées à un exode vers les villes et à une raréfaction de leur population active. Société Générale s’engage sous 5 ans à expérimenter des solutions d’accompagnement du secteur off-grid suivant 5 axes : financer producteurs, distributeurs de matériel en direct ou via un fond, faciliter l’acquisition du matériel au travers d’offres de microfinance et proposer des solutions de Pay as you go avec Yup.

Ensemble, Société Générale et Schneider Electric ont initié des échanges pour faciliter l’accès des personnes non raccordées à des systèmes solaires individuels. C’est dans cette optique qu'ont été ouverts plusieurs chantiers avec Amped Innovation, fournisseur de SHS et d’équipements productifs,  dans lequel Schneider Electric a une participation, et Oolu, son distributeur au Sénégal. Financement des stocks du distributeur, intégration de Yup comme solution de Pay as you go ou financement à crédit du matériel auprès des clients finaux grâce à Manko, sont autant de pistes ouvertes.


Source : « New Energy Finance Report and Lighting Global, Off- Grid Solar Market Trends Report », Bloomberg 2016
2 Source : « Solutions off-grid : quelles perspectives en Afrique ? », PwC 2017